Comment concevoir un escalier confortable ?

Il ne suffit pas de choisir des hauteurs de marche réduites. Voici des informations utiles qui vous serviront à calculer votre escalier.

C'est la relation entre la hauteur d'une marche et sa profondeur qui définit le confort de votre escalier.

Lorsque vous gravissez la volée d'un escalier, vous effectuez 2 mouvements :

  1. Vous levez le pied.

  2. Vous faites un pas.

Un humain va naturellement concentrer son effort sur un de ces 2 gestes. Soit :

  1. Si votre hauteur de marche est basse, vous ne faites pas beaucoup d'effort en levant le pied. Vous allez donc vouloir faire un grand pas. Ainsi, plus votre hauteur de marche est basse, plus vous aurez de marches pour gravir votre hauteur, plus elles seront profondes, plus votre escalier prendra de la place au sol.

  2. Si votre escalier comporte des hauteurs de marches hautes, vous allez concentrer votre effort sur le fait de lever votre pied et donc, vous l'aurez deviné... vous allez vouloir effectuer un petit pas. Ainsi, plus votre marche est haute, moins vous aurez de marches, moins elles seront profondes et donc moins votre escalier prendra de place.

Vous avez compris le principe, plus vous souhaitez réaliser un escalier confortable, plus celui-ci aura une emprise au sol importante.

Encore faut-il disposer de cet espace ou vouloir lui accorder. Au prix du mètre carré, cela peut donner à réfléchir.

Reste à trouver le bon calcul. La notion de confort, comme celle de sécurité seront primordiales dans le calcul de l'implantation de votre escalier.

Sachez que choisir une hauteur basse avec un giron étroit (profondeur de marche), rendra votre ascension fatiguante, voir dangereuse. Cela vous donnera une sensation de piètinement qui se révèlera pas du tout naturelle. Parfois il vaut mieux augmenter un peu la hauteur de vos marches en retirant une hauteur à votre escalier, pour lui accorder un giron plus important.

À la montée, si votre escalier ne comporte pas de contremarches, votre profondeur de marche sera plus importante. En effet, vous pourrez glisser votre pied en dessous de la suivante. On monte en utilisant tout partilièrement la pointe de son pied. Cependant, à la descente vous ne serez pas en mesure de faire de même et donc, vous ne bénificierez que du giron pour poser votre pied. Même si vous utiliserez plus votre talon à la descente, il est important de pouvoir poser sur votre marche la plus grande partie de votre pied.

Lorsque que les contraintes vous imposent un choix, le giron est donc à privilégier par rapport la hauteur des marches. Celui-ci est primordial pour le confort et la sécurité de circulation de votre escalier.

Le rôle de nos équipes est de tenir compte de vos contraintes techniques, comme de l'encombrement que vous voulez bien attribuer à votre escalier, pour vous proposer l'escalier sur mesure le plus confortable possible.

Les éléments logiques du mouvement naturel d'un être humain dans l'espace, décrits plus haut, sont transposés dans une règle mathématique qui est la règle d'or pour définir les dimensions idéales d'un escalier. Elle se nomme la règle de Blondel, du nom de l'Architecte français, François Blondel qui l'a pensée en 1675. C'est elle qui nous permet de définir le bon ratio entre la hauteur de marche de votre escalier et sa profondeur (appelée giron).

La formule définie par la loi de Blondel est la suivante :

600 ≤ 2H + G ≤ 640 mm

Soit la formule est : 2 x la hauteur entremarche en millimètres + le giron en millimètres (Giron = la profondeur de marche de nez à nez - hors recouvrement) =

Le résultat du 2H + G doit être compris entre 600 et 640 mm.

C'est cette formule qui définira la hauteur de marche idéale, le nombre de hauteurs que comportera votre escalier, et donc, son encombrement en fonction du giron.

Il vous restera, en fonction des dimensions de votre trémie (ouverture à l'étage par laquelle l'escalier traverse le plancher) à vérifier que vous disposiez de l'échappée de tête suffisante pour circuler sur votre escalier sans vous cogner la tête, ceci à la montée, comme à la descente. Sachez, que vous montiez ou que vous descendiez votre escalier, vous vous pencherez toujours en avant. Votre tête est donc toujours au moins au-dessus de la marche suivante. C'est pourquoi, l'échappée de tête se calcule toujours sur la marche suivante.

Enfin, le dernier élément qui va définir le confort de votre escalier est la largeur de marche (hors structure et rampe·s). Le confort de passage sera différent en fonction de la forme. 

Contactez-nous dès à présent pour que nous vous réalisions une étude personnalisée et gratuite (sans déplacement).

Laissez à notre équipe de spécialistes, le soin de calculer votre escalier et d'en définir son implantation.

Toutes nos coordonnées.


Rédigé par Oriana Scaron le lundi 29 novembre 2021
Permalink - Tags: calculescalier, escalier, regledeblondel, Confort

« Notre showroom nantais a déménagé à Saint-Herblain - GRAPHIC - JAPON : l'escalier de Ma Mamie Hippie »


Vous avez un projet d'escalier ?

Effectuez votre demande de devis en quelques clics directement sur notre site Internet.

Ou contactez-nous au : 01 46 56 05 50


Nos agences
& Showrooms

Paris

65 bd Romain Rolland
92120 MONTROUGE
01 46 56 05 50


Lyon

31 av du Maréchal de Saxe
69006 LYON
04 78 52 88 53


Marseille

82 av du 24 avril 1915
13012 MARSEILLE
04 91 88 70 60


Bordeaux

6 chemin de Lou Tribail • ZI de Toctoucau
33610 CESTAS
05 54 96 19 10


Nantes

1 boulevard Charles Gautier
44800 SAINT-HERBLAIN
02 51 77 60 60


Auxerre

Z.I. de Crain
89480 COULANGES-SUR-YONNE
03 86 81 83 49

Suisse

31 av du Maréchal de Saxe
69006 LYON
04 78 52 88 53

Top
RDV Virtuel